lundi 25 janvier 2016

Ce qui pourrait m'empêcher d'écrire

Afficher l'image d'origineJ’ai mesuré aujourd’hui la chance que j’ai de pouvoir lire, écrire et emplir mon esprit de milliers de pensées nouvelles et enrichissantes chaque jour.
Je viens de terminer un roman extraordinaire de Zweig, « le Joueur d’Echecs », dans lequel il décrit avec un génie et une précision diabolique la souffrance d’un homme enfermé de longs mois par les nazis dans une chambre, sans montre, sans ouverture, sans repère, sans rien à faire, ni à lire ni à écrire, avec pour seule compagnie sa pensée qui sombre peu à peu, ne trouvant plus rien de solide à quoi se raccrocher.

Alors, rien, non vraiment rien, ne pourrait m’empêcher d’écrire. A part d’y être contrainte de cette façon. Je préfère ne pas l'imaginer !


266/366

24 commentaires:

  1. J'avais lu une histoire semblable, pour ne pas sombrer dans la folie, le type possédait trois épingles, de celles dont se servent les couturières. Dans le noir de son cachot, il lançait les trois épingles, puis s'efforçait de les retrouver... ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Là je ne te dis pas ce que fait le gars pour ne pas sombrer dans la folie, parce que ça "spoilerait"l'histoire (comme disent les jeunes)
      Mais on ne se rend pas compte que la pensée a besoin de s'appuyer sur quelque chose...
      L'histoire des trois épingles est assez terrible...
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Quelqu'un à qui on avait empêché d'écrire en prison, disait à ses geôliers:"Vous pouvez m'empêcher d'écrire, mais ne pouvez m'empêcher de penser". Mais toi la Céleste, qui pourrait t'empêcher d'écrire, même tes silences sont des écrits.Bise écrite sur mon carnet d'écolier.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, quand je lis, je n'arrive pas à écrire...Mais il faut me pardonner mes silences, ils sont signe que je suis en train d'emplir mon esprit ... Que serait l'écriture d'un cerveau vide ?
      Kiss céleste
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Que rien ni personne ne t'empêche d'écrire, ma Célestine... c'est trop bon de te lire ! bisous doux de Prudence

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es chou, ma Prudence et je t'adore !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Ce qui peut m'empêcher d'écrire.... Ce sont d'autres modes de création. Mais parfois tout se sclérose et il ne reste que l'impérieux besoin d'écrire. Après satisfaction, je retourne serein à mes occupations pratiques...
    Écrire, c'est aussi un moyen de cultiver de riches amitiés.
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je comprends, moi même je n'écris pas tout le temps...de temps en temps, je dessine ou je chante.
      mais je suis d'accord : écrire m'a rapporté de très belles rencontres.
      Molto baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Quelle histoire terrible et quelle cruauté... :-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, mais un livre fascinant et qui se lit très vite.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Et ici (dans notre pays) nous avons la chance de pouvoir écrire en toute liberté.
    Bonne soirée, bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est une chance extraordinaire que nous ne mesurons pas toujours à sa juste valeur.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Je dirais que j'aurais du mal à me passer de films, de musique et la lecture, c'est impossible. C'est un peu comme si on posait la question : si vous deviez perdre un sens ? La vue ? L'ouïe ? Lequel choisiriez-vous ?
    La première fois que j'ai entendu la chanson de Pagny, ma liberté de penser, c'était d'une oreille distraite. Vous n'aurez pas ma liberté de penser, c'est pas mal ça. Ça m'a fait penser à Diego. Après je l'ai mieux entendu et j'ai compris qu'il parlait des impôts. Et merde !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai que Diego libre dans sa tête c'était plus poétique que le chant d'un évadé fiscal...
      hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Stephan Zweig a beaucoup de talent pour peindre si finement la psychologie de ces personnages. Je n'ai pas encore lu celui-ci. Ce que tu en dis fait froid dans le dos. Pour certain(e)s (comme toi peut-être) écrire c'est comme respirer....
    J'ai beaucoup aimé "Lettre à une inconnue" et "La confusion des sentiments" de Zweig.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu la confusion des sentiments et vingt quatre heures de la vie d'une femme.
      Ecrire, oui, c'est une belle respiration.
      Pour moi, c'est vraiment ça. Mais tu écris très bien toi aussi.
      Bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. C'est vrai qu'écrire est une liberté qu'il ne faut pas prendre à la légère, même si on peut le faire avec légèreté!
    Bisous

    RépondreSupprimer
  10. Oui ma chère Céleste, je vois aujourd'hui ce qui pourrait bien t'empêcher d'écrire . La première exception depuis ton challenge des 100mots. Bise fraternelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai réparé...
      Ecrire me permet d'exprimer mes sentiments, et en ce moment, ils débordent !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. il me suffit d'être enfermée dans une insomnie pour que mon pauvre cerveau carbure à n'en plus finir ! Oh que je ne voudrais pas être dans une situation telle que l'a connue cet homme !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Une situation kafkaiënne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer