vendredi 29 avril 2016

Comment lui dire ?

Je suis d'un naturel confiant et spontané. Bon ça, ce n'est pas un scoop. Le revers de la médaille, c'est que je ne vois pas trop venir les pattes de l'araignée et que je me suis retrouvée plusieurs fois, au cours de ma vie,  encoconnée façon sushi par une de ces bestioles toxiques. La dernière en date m'a tellement fait souffrir que j'ai mis plusieurs années à m'en remettre. Et avec l'aide d'un professionnel, en plus. 
Quand mes antennes me disent « attention ! » de leurs petits cils vibratiles,  la piqûre est imperceptible mais le venin du doute s'est insinué. Il me reste à chercher comment lui dire que je ne suis pas dupe de son manège. C'est l'avantage de l'expérience.


361/366


38 commentaires:

  1. Eh! ben, tu diras: Tu ne me duperas point deux fois, ma belle!
    bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ni même une, d'ailleurs... ^^
      Belle nuit à toi, bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Ah l'expérience
    loin des poncifs
    ...
    kiss'n love

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'expérience...
      J'en ai moins que si j'étais vieille, mais beaucoup plus que si j'étais jeune...
      hihi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Le sujet me touche… mais je ne sais pas trop où.
    Il me donne envie d'en parler… mais je ne sais pas en quoi.

    Je vais le laisser m'imprégner

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'adore ton commentaire, cent pour cent toi... Imprégné de la sagesse tranquille des taureaux, qui réfléchissent avant d'agir...
      Bises étoilées et nocturnes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. J'y reviens, donc.
      « D'un naturel confiant et spontané », dis-tu. Pour ma part j'hésitais autour de l'oxymore « confiant prudent » (ou « prudemment confiant »). Finalement je le garde tel quel, parce que les deux termes ne me semblent pas aussi antinomiques qu'ils paraissent.

      Cette prudence m'a sans doute épargné d'être entortillé par la moindre araignée toxique. Mes antennes ultra-sensibles font que je ne me suis pas approché suffisamment pour être piqué. L'inconvénient c'est qu'en restant trop longtemps à distance, ça peut décourager autre chose que les araignées ;)

      Bon, tu parles des araignées, mais quid des scorpions ?

      Supprimer
    3. En restant trop longtemps à distance, ça peut décourager autre chose que les araignées
      C'est pas faux...

      C'est sans doute parce que je m'approche davantage que je me pique parfois...On ne peut pas tout avoir, comme disait ma grand mère...Prudence et confiance, ça reste un oxymore, mais je l'adopte.
      Les scorpions je ne sais pas, moi je suis bélier, comme tu le sais sûrement.

      Bref, les relations humaines c'est compliqué ! (poncif spécial Raphaël) ;-)
      Merci d'être revenu, Pierre ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆




      Supprimer
    4. Prudence et confiance... ça va pas mal ensemble !

      Supprimer
    5. Hé hé ! oui, ma Prudence, je te fais entièrement confiance !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. L'humour peut être une bonne solution de mise en garde ou une façon de pouvoir trier ce qui peut être une innocente maladresse d'une volonté de manipulation.
    In bacio Carrissima

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'humour, oui ! L'arme numéro un qui permet de se sortir de toutes les situations...
      J'ai dans la tête tes conseils avisés envers une certaine Jargonos...
      Et je crois que je ne suis pas près de me laisser à nouveau "sushiser"
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. La salamétisation est aussi dangereuse en se sens qu'elle ressemble à la rotideporcisation. C'est à dire se faire ficeler pour être coupé en rondelles...

      Supprimer
    3. La salamétisation, c'est avec Léa Salamé ? Tu trouverais ça agréable, je pense...
      mdr ! tu t'y connais en charcutaille dis donc !
      Dis moi plutôt si tu as reçu mon mail, caro mio ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. La relation dominant/dominé est pleine de subtilités… Elle constitue l'un des engrenages les plus pervers que l'on puisse rencontrer…
    la plus grande des subtilités est peut-être l'inversion alternative souvent constatée.
    Au sein d'une même relation : dominé aujourd'hui, dominant demain… et vice versa et réciproquement… au fil des jours ( la manipulation à double détente).
    Dans les thérapies de couple, c'est une observation passionnante !
    Pour les autres relations… y a-t-il vraiment quelque chose à dire quand on est "suchisé" ?
    N'y a-t-il pas plutôt quelque chose à briser. Définitivement.
    — Va au diable, au revoir et pas merci…
    voilà peut-être la parole à dire !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Cette parole est la seule, en effet, qui puisse briser le sortilège (car c'en est un)
      Il m'en a fallu des larmes et du courage pour envoyer promener cette toxique...qui me vampirisait.
      Je suis devenue un peu parano du coup, et je garde une réserve...
      Ça m'ennuie car ça coupe un peu la spontanéité (mais celle-ci est-elle forcément toujours bénéfique ?)
      En tous cas, je ne le dirai jamais assez, tu fais partie des gens qui m'ont aidée, beaucoup, à prendre conscience que le monde est rempli de pervers...
      Bisous mon Babar, merci de ta fidélité.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Je suis d'accord avec ce qui vient d'être dit juste avant : pour avoir vécu ce genre de relation (être enquiquiné est une chose, être encoconné est plus dangereux..), je crois que la parole ne sert strictement à rien...
    Discuter avec une araignée ne fait que lui faire secréter de nouveaux fils...

    Une fois qu'on est certain de la toxicité de la relation, il faut partir !
    Pour sauver sa peau...
    Ciao et basta !

    Amicalement.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je te l'ai dit cent fois, je n'ai pas d'amis, des copains seulement, ainsi la chute est moins dure, et puis il vaut mieux un bon copain qu'un mauvais ami !
      CIAOOOO.

      Supprimer
    2. @La Licorne

      enquiquiné, encoconné... hé hé ! la différence est subtile !
      Une des choses les plus difficiles à vivre (pour moi) c'est d'avoir l'impression que l'on se sert de moi comme d'un objet, pour parvenir à ses fins...
      Et certaines personnes sont passées maître(sse)s dans cet art.
      Les politocards sont champions hors catégorie, mais on en trouve aussi dans la vraie vie, des gens qui jouent aux marionnettes avec nous...
      Partir...oui, mais pas facile, tu peux me croire. D'ailleurs, si tu l'as vécu, tu confirmeras...
      On est retenu par tout un tas de scrupules induits...

      Bises et belle journée
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. @Andiamo
      C'est ton choix et je le respecte. Moi je n'imagine pas ma vie sans amis. Mais c'est vrai que les vrais se comptent sur les doigts d'une seule main.
      Bises
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Si tu possèdes UN ami déjà tu es riche ! ];-D

      Supprimer
    5. Alors je suis milliardaire car j'en ai trois.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Oui, partir ou couper le lien est très difficile...parce qu'effectivement, on a des scrupules , parce qu'on se sent "une mauvaise personne" si on le fait...

    Et c'est bien pourquoi les personnes de nature manipulatrice choisissent en priorité pour cible celles qui ont une certaine éthique, une certaine bonté naturelle envers leurs semblables : elles sont les plus manipulables.
    On peut facilement "tirer leurs ficelles" en faisant appel à leur "bon cœur"...

    Mais à un moment donné, quand la situation est devenue trop dure à supporter, ou que le malaise est trop grand, la question est "Est-ce que je M'aime assez pour me protéger ?"
    et non pas "Est-ce que je suis assez bonne avec l'autre ?"

    Joyeux week-end !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Et c'est bien pourquoi les personnes de nature manipulatrice choisissent en priorité pour cible celles qui ont une certaine éthique, une certaine bonté naturelle envers leurs semblables : elles sont les plus manipulables.
      eh oui...je suis la victime idéale...
      Mais je me soigne !
      Merci de tes conseils.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Oui la gente humaine a de ces comportements paradoxaux: il y'a en a qui se jettent sur autrui comme ayant trouvé la perle rare, la belle affaire, quoi! et il y'en a qui voit en autrui une belle rencontre, une richesse, en espérant une belle amitié.

      Supprimer
    3. En gros, il y a les gens sincères et les manipulateurs...Ils portent parfois les mêmes atours, difficile de les repérer à la base...
      Surtout quand on est dans l'empathie...
      Bisous célestes et étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Que ce soit en amitié, en amour ou en relations familiales, il faut toujours se dire qu'au final on est seul dans la vie. Les autres, c'est temporaire, volatile et inconstant. Une attitude salvatrice que l'homme cultive avec soin.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Certes, salvatrice...mais l'homme ne se prive-t-il pas de certains frissons qui ne se vivent que si l'on n'est pas seul ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Commentaire hors sol avant d'aborder la dernière semaine : est-ce qu'après une année de réels à prise rapide on peut s'arrêter net ? Est-ce que tu comptes continuer ? Ou t'arrêter en maudissant le gars Raymond ? ;-)

    Je demande ça parce que j'ai été piqué (au jeu) moi aussi ! ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me poses une bonne question, très cher Joe...
      Je n'en sais fichtre rien. Il me reste cinq jours pour trouver la réponse...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Suite à une relation, voire deux, idem à la tienne, je suis devenue plus méfiante, mais je n'aime pas ça, car j'aurais tendance à faire confiance à tout le monde. Je suis peut-être un peu trop naïve...
    Bonne soirée, Célestine. Bisous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On se ressemble, n'est-ce pas ? Je pourrais signer tes mots les yeux fermés...
      Bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. Je connais, tu le sais, ces bestioles toxiques. Je ne sais pas s'il faut "dire" quelque chose sauf si une situation de crise exige un changement immédiat. Mais autrement, ne plus "entrer dans le jeu" suffit. On ne s'émerveille plus des vantardises, on n'accepte plus les conseils "d'amie" en annonçant que "c'est à moi de voir après tout", on ne répond pas aux questions qui ne sont là que pour ranimer la polémique (rien si on peut se le permettre ou "je n'ai plus envie de parler de ça, nous avons tout dit déjà" autrement)... Montrer qu'on se dégage. Il y a de la résistance et des coups de théâtre (accusations, cadeaux, compliments, reproches...) et puis avec délice on constate que la bestiole se lasse et se fait "une nouvelle amie"... On sait qu'on vient de lui refiler un cadeau empoisonné mais comme on ne peut rien faire, eh bien on espère qu'elle verra clair, et vite!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je prends note de ces précieux conseils, qui, je le sais, viennent d'une amie éclairée et totalement désintéressée...
      gros bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  12. je comprends ce que tu veux dire pour l'avoir vécu il y a peu de temps. J'aimerais être comme mon mari qui m'a dit l'autre jour : A... ? Je crois que je l'ai déjà oubliée ! Allons bon ! Et moi qui n'arrive que maintenant (et encore pas tous les jours !) à ne plus parler d'elle, à ne plus me préoccuper d'elle ? Comment tranche ce noeud gordien sans me faire du mal ? Elle n'en a plus rien à faire de moi et moi, je l'aime quand même encore un peu. Une "amitié (surtout avec son mari, nos hommes étant presque frères) de plus de 40 ans ! Une fausse amitié de sa part, ça c'est sûr mais j'y croyais un peu quand même ! Bon, le confessionnal ferme à quelle heure ? :D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il n'y a rien de pire que d'avoir fait confiance à une amie, et de se voir trahie...
      Apparemment c'est encore douloureux pour toi...Bon c'est pas un confessionnal, mais si ça te fait du bien d'en parler, j'en suis heureuse.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  13. Oh oui! Je connais bien ça aussi !!!
    Une fois que je m'en suis rendue compte, je dis toujours NON! Mais bon, je me fais toujours choper! J'ai une mine naïve et cultiver la gentillesse dans ce monde n'est pas de tout repos!
    Gros bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans mes bras, ma soeurette !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer