vendredi 18 mars 2016

Un moment où j'ai regardé l'heure

Afficher l'image d'origineIl y a deux jours, l'hiver mordait comme un chien enragé et aujourd'hui, plus un nuage. Un ciel de lin. Une douceur. J'ai pensé que cette journée allait être un cadeau. Et elle l'a été. Pas un moment où j'aie regardé l'heure...
J'ai enfin récupéré à la bibliothèque le livre de Rilke, 
« lettres à un jeune poète ». C'est un livre qui sort beaucoup, il faut le réserver. Cela m'a étonnée, mais réjouie. 
Je me suis mise au soleil après le repas, dehors, j'ai dormi bercée par la chaleur, les chants des merles, engourdie dans un bien-être indicible. 
Je me suis dit que le nichoir en terre cuite que l'on m'a offert aurait sa place dans le bouleau, et je l'ai accroché à une branche. C'est peut-être trop tard pour y voir nicher un oiseau, mais j'aime à y croire. 



319/366

31 commentaires:

  1. C'était il y a 20 minutes que j'ai regardé l'heure en me disant que: Chic va y avoir le nouveau réel de Célestine...
    Ben faut croire que les montres du Sud sont plus ralenties que les toquantes helvètes, car y avait encore rien...
    Baci

    RépondreSupprimer
  2. Finalement la réputation des montres suisses est très surfaite... ;-)
    Mais avec tout ça, à part me chercher des poux avec ta montre, tel le lapin blanc d'Alice, tu ne me dis rien de mon billet...
    Ma ti bacio tuttavia
    ¸¸.•*¨*• ☆
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Blutch, est trop occupé à remonter sa belle montre à remonter le temps,inusable,écologique, précise, et même impeccable comme un accord toltèque, pour avoir le temps de dire quelque chose sur un billet d'un "moment où j'ai regardé l'heure". Il peut pas être partout et à la même heure à la fois.

      Supprimer
    2. Wouais bon, mais ces temps, je n'assure que le service minimum avec mon vieil ordi qui se comporte comme un antique Commodore. 3/4 heure de mise en route et un plantage toutes les dix minutes... Demain le bon sort de l'hosto, enfin...

      Que veux-tu que je te dise.... que chez-moi le printemps est encore un peu juste pour des bains de soleil et que la dernière neige date déjà d'il y a 3 semaines.

      Ce matin, je n'ai pas regardé l'heure pour m'offrir une délectation, un plaisir aussi ineffable que peu coûteux:
      Aller arroser la pelouse au débotté du lit, sans prendre le temps d'enfiler le moindre vêtement. Eh oui, avec le beau temps, les oiseaux sortent du nid....

      Ti bacio Ragazza et accolade à Bizak

      Supprimer
    3. Wouaou ! Ils ont dû se rincer l'oeil, les piafs...mais il ne devait quand même pas faire très chaud, hein, avoue que tu as un peu frimé...Juste un peu...
      Je suis contente pour ton ordi. On va fêter ça dignement.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Je ne sais pas pour ce qui est de la Gaule, mais en Helvétie, un piaf, c'est aussi un rital, en pluss péjoratif.

      Mais non, pas de frime pour affronter les frimas, mais il est vrai que je ne me lève pas aux aurores...

      Pour mon ordi, ce sera aussi le début d'un long parcours à trier les fichiers récupérés d'un formatage accidentel, plus la réinstallation des divers programmes...
      Ti bacio

      Supprimer
    5. Apparemment ton marathon n'est pas terminé...^^
      Povero caro...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Ta description des lieux , du temps qui passe, je te l'avais déjà dit, je crois il y'a bien longtemps, me fait rappeler Marcel Pagnol, mais tu as une touche à toi, unique, personnelle,elle chante. Elle enchante ! Je crois que tout est poésie en toi, dans ta démarche, tes mots, tes rêves...En cela le temps ne peut pas être pour toi un adversaire, mais un accompagnateur, un compagnon qui te rappelle que la vie vaut la peine d'être vécue.
    Bise matinale.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Marcel Pagnol...Giono...je ne renie ps certaines de mes influences littéraires, mais il y en a tellement d'autres. Cela dit c'est très touchant d'être comparée ainsi. Et stimulant pour la suite...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. « Un ciel de lin »… jolie formule. Quel plaisir que ces "journées cadeaux" durant lesquelles le temps ne compte que par le plaisir que l'on ressent à les vivre :)

    Merci pour le partage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La vie est un cadeau. Ne le perdons jamais de vue. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Rilke, la douceur printanière et les oiseaux...une journée toute en poésie !

    Petit conseil : le livre, dépêche-toi de l'acheter...:-)
    (à deux euros dans certaines collections)

    Beau samedi à toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, il est probable que, lorsque je l'aurai lu, sur tes conseils et ceux d'Asphodèle, j'aurai envie de le garder parmi mes précieux.
      Belle journée, ensoleillée pour moi.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Réponses
    1. C'est un nichoir à mésanges.
      Sinon Pie niche haut, oie niche bas !

      Supprimer
    2. Ou hibou niche-t-il ?
      Hibou niche ni haut ni bas
      hibou niche pas. ;-)

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    3. Tu vois Lauriza, on aime la poésie avec Andiamo...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Ha "lettres à un jeune poète", je l'ai lu jeune, comme il convient ;-) Et je ne cherche pas à me mesurer à Rilke en disant : "Puisque le temps est venu de nicher, nichons !!!"

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu jeune "comme il convient"
      Alors moi qui ai horreur des convenances, je le lis vieille et je m'en fous...
      Nichons et tétons la bière au goulot.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. L'horreur systématique des convenances est aussi une convenance ;-) Je voulais dire qu'il fallait que cette correspondance ait lieu tôt car Franz se demandait s'il était un poète et cette simple interrogation empêche de vivre. La poésie est réponse avant d'être question et la vie passe avant la culture.

      Supprimer
    3. L'horreur systématique des convenances est aussi une convenance gna gna gna ...
      Tu me chercherais pas un peu toi ce matin ? ;-)
      Tu veux que je te dise que t'as raison ?
      Bon t'as raison.
      Je n'ai pas horreur de toutes les convenances, puisque je n'ai pas horreur de la convenance d'avoir horreur des convenances. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. J'ai beau habiter dans un coin paumé, c'est vrai qu'il est facile de me "trouver" ;-)

      Supprimer
    5. Oui d'ailleurs je t'avais trouvé facilement...et avec plaisir.
      Tout ça ne me dit pas si les petits oiseaux vont venir dans mon nichoir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Eh bien oui, dis donc, Célestine, nous sommes en phase, encore une fois ! :-)
    Bisous, et une belle soirée.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui j'en suis restée interdite...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Les oiseaux me chantent l'heure, c'est bien pratique et agréable !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Le meilleur des réveils !
      Et aujourd'hui, j'ai vu une mésange rôder autour du nichoir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. On a dû lire ce livre en même temps :)
    Il est magnifique!
    L'hiver mordait oui, mais il a lâché :)
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui sa morsure n'a pas duré très longtemps...
      Aujourd'hui, re-sieste au soleil...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  11. et ton billet me fait penser à ce livre que j'ai oublié de commander ! Zut alors ! Du gruyère dans ma tête encore une fois. L'hiver ne nous a pas souvent incommodés, il avait dû laisser toutes ses dents chez toi, parfait ! Aujourd'hui, j'ai laissé les portes ouvertes tellement il faisait doux et bon. Mais je surveillais les immenses, énormes nuages noirs qui cachaient les montagnes sur lesquelles j'aime crapahuter ! Hier, dans certains endroits, très localisés, de violents orages de grêle ! Bises
    ---Au suivant....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Peut-être n'habites-tu pas loin de chez mes parents (ils sont dans le Mercantour..)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer