dimanche 15 novembre 2015

Dans le reste principal...

Afficher l'image d'origine
Le reste, c’est ce qui reste, stricto sensu. Le principal, c’est le solde, sans les intérêts. L’intérêt des intérêts, c’est qu’ils permettent de payer à crédit. Mais qu’ils augmentent le prix de revient d’autant. Au reste, plus personne ne paie comptant.
Ni content d’ailleurs. Même la mort est à crédit.
Mais le reste principal, monsieur Queneau, allons, voilà qui embrouille gravement les choses. Parce que ça ne veut rien dire. Cela signifierait-il qu’il pût exister des restes secondaires ? Des restes de restes en somme…
Je vais vous dire, Raymond, vous semez la division parmi vos admirateurs !

Car vous conviendrez que le principal, c'est quand même que la somme des dividendes soit égale au reste du quotient. Et réciproquement.

195/366

26 commentaires:

  1. oui, tu y vas fort dans le surréalisme, c'est rigolo

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Lol ! que faire d'autre...avec les événements autant se réfugier dans l'absurde pour ne pas tomber dans le pathos.
      Gros bisous
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Je n'ai pas vraiment saisi le sens de "reste principal", j'ai accommodé à ma sauce... et puis on a tous le cerveau à l'envers en ce moment... Gros bisous Célestine

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Idem...il n'y a pas vraiment de sens à cette consigne. N'oublions pas qu'il fréquentait les surréalistes...
      Bisous Eva
      Bonne nuit
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Il faut pourtant que ça reste en adéquation avec le carré de l'hypoténuse de l'âge du capitaine.
    Pourtant c'est facile, un reste de reste, c'est la part des pauvres....
    Molto baci sans avoir à puiser dans les restes de fonds de tiroirs.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tout ça, c'est la quadrature du cercle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. C'est très intéressant comme sujet, surtout sur les dividendes à partager. Quelle est la part qui revient à ceux qui ont trimé toute leur vie, si on considère qu'ils perçoivent un montant inversement proportionnel à leur effort fourni.Selon les statistiques, c'est généralement: rien, nul ! puisque les patrons prennent presque tout et ce qui reste c'est le montant du parachute doré....pour les patrons!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oh..la tu vas faire plaisir à Blutchy de marcher sur ses plates bandes, Bizak !
      Tu parles d'or, en même temps, cela m'étonnerait qu'il te contredise...
      e vais finir par me faire remarquer par la DST, en abritant tous ces commentateurs subversifs
      ^^ hi hi !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Tu as peut-être raison, les gouvernements totalitaires ne supportent pas la critique...
      Ti bacio e buona notte

      Supprimer
    3. Sans blague ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. On dit que quand on veut évacuer la peur, il faut imaginer le pire! eh! bien le pire est passé, alors les patrons, les gouvernements, la DST, peuvent toujours jaser et sans blague de Blutch.

      Supprimer
  5. la somme des dividendes égale au reste de quotient.... je suis un peu perdue...mais j'apprécie ....
    La poésie et l'absurde peuvent ils nous sauver ? je dirais oui quand je les lis les poètes ;;; ci dessous
    Venus Khoury Ghata :


    La surface d’un automne
    Est inversement proportionnelle à la hauteur de sa tristesse
    Le nuage interrogé multiplie sans difficulté le basilic
    par le safran.

    Répètes après moi :
    La distance entre deux pluies se mesure par arpents de silence
    Et le périmètre d’un mois est divisible par son rayon de lune.
    Cela va de soi

    Venus Khoury Ghata – Anthologie Personnelle

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime beaucoup !
      merci val
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. 7 fois 7 EUH.. + 2107,568 - 36 puissance nada = gna gna gna, je pose tout et je retiens rien !

    Merci ce matin j'ai pris un cours de calcul (autrefois nous ne disions pas mathématiques)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Un cours de calcul un peu foutraque, désolée...
      Je ferai mieux la prochaine fois
      Baci caro
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. "Certains calculs sont idiopathiques, c'est-à-dire qu'on ne comprend pas encore les causes de leur apparition." (https://fr.wikipedia.org/wiki/Lithiase_urinaire). A défaut d'être sympas, certains calculs sont donc idiots. Il n'y a pas, dit-on, d'effets sans causes, mais si les causes sont inconnues, les effets sont douloureux.
      Dans le même ordre d'idées, je me dis parfois que le surréalisme est l'effet d'un cerveau fonctionnant en sous régime. A ce propos, j'ai l'impression que mes cellules grises (qui commencent à blanchir) tournent en sur régime. Serais-je en train d’inventer le sousréalisme ?

      Supprimer
    3. Bien vu, le sous-réalisme...
      Il me semblait aussi, que tu turbinais à grande vitesse !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Célestine quand on me parle de maths, j'ai comme un mur qui tombe dans mon esprit! Plus rien ne passe, même pas la peine que je cherche...Je n'ai malheureusement pas saisi, pour le coup, la chute, mais j'ai aimé le développement!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. La chute était aussi absurde que la consigne, que je n'ai décidément pas comprise...
      Bisous ma luciole
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Euh... Tu peux recommencer depuis le début, je n'ai pas tout compris... ;-)
    Bises, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu veux que je récapépète depuis le bédut ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. T'es sûre qu'y un "T" à "Bédu" ?

      :o)))

      Supprimer
  9. Et pis le verbe "trénétiser" (1er groupe) prend une "s" à la deuxième personne du singulier du présent de l'indicatif :o)

    RépondreSupprimer