lundi 16 novembre 2015

Comme un fil d'Ariane...

J’écoute ce soir chanter Trenet… Paris de l’amour, Paris de toujours, Ménilmontant, mais oui madame…Grosse nostalgie, et puis soudain la joie, la joie qui éclate, la Tour Eiffel part en balade, et les amoureux sur les quais, La Seine a de la chance et les crépuscules argentés. Paris outragé, brisé, martyrisé, mais Paris libéré !
Je ne veux plus que de la romance. Du tourbillon, de la chamade. Je n’ai plus le temps d’autre chose.
Comme un fil d’Ariane, toujours ce goût de sel et de fièvre sur nos lèvres écarlates, griffés au visage par les branches basses de l’insouciance folle.
Enfin, s’il faut mourir, mourir dans un éclat de vie. 


196/366

19 commentaires:

  1. Comme un fil d'Ariane, j'atteindrai le sommet de mes rêves où je dirais aux mots : ne vous tourmentez pas pour la qualité de votre verve , nous en ferons des poèmes pour le chant du printemps où l'âme des fleurs reluira, le soleil sourira et les étoiles crépiteront de lumières, n'en déplaise aux chantres de la mort.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, ne leur en déplaise. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Oui, vivons et sourions à la vie car nous n'irons pas moins loin que notre destin.
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai, envisagé sous cet angle...
      Tu es toujours la sagesse ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Peut-on rire de tout ? Mais puisque, comme le disait Chris Marker, l'humour est la politesse du désespoir...
    En écoutant chanter Trenet, attention que le cœur de la France ne fasse pas Boum :-( .

    RépondreSupprimer
  4. Ménilmontant, mon enfance... C'est loin... C'était hier..., oui, hier...

    Mais Jdirien...

    RépondreSupprimer
  5. Et les quais fleuris de la Seine.....
    Les feuilles des vieux bouquins sagement rangés dans les longs coffres verts des bouquinistes, amarrés aux parapets comme autant de bouées de sauvetage.
    Paris est un bateau, un bateau ivre aurait dit ce cher Arthur.
    Il m'a fait tanguer et chavirer dans les yeux d'une femme, un jour sur un pont, où souffle le vent fripon.

    RépondreSupprimer
  6. Pendant que tu TRENETise....
    42 blessés des attentats sont toujours en réanimation. Des gens ordinaires qui aimaient la fête.

    Connaissant la spécificité des dégâts de la Kalachnikov (j'ai eu des explications à ce sujet avec une personne du Ministère de la Justice qui m'a expliqué la puissance de cette arme de mort qui traverse murs et gilets pare-balles)
    j'ai personnellement de la difficulté à pousser la chansonnette...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    2. Alain, tant que t'as un spécialiste sous la main, fais-toi aussi donner les spécificités du missile sol-air, du lance-roquette, de la bombe à fragmentation, de la mine anti-personnel, de la mitrailleuse lourde, sans oublier la machette, le rasoir, la grenade... La violence est partout dans le monde, tous les jours et il suffit que ça se rapproche de nous pour que l'on se mette à y penser ? Le vrai égoïsme, le manque flagrant d'imagination et la faiblesse d'empathie c'est ça, surtout...

      Alors je ne vois vraiment pas pourquoi AUJOURD'HUI on aurait pas le droit d'écouter Trénet (qui a écrit d'ailleurs "ya d'la joie" pendant l'occupation). J'en ai enterré, du monde et à chaque enterrement, ya un moment où ça tourne en crise de rire. Heureusement mon dieu qu'il nous reste encore le rire et les chansons sinon y aurait vraiment de quoi se faire sauter le caisson d:-(

      Supprimer
    3. Tous les copains suivaient l'sapin, le cœur serré
      En rigolant pour faire semblant, de n'pas pleurer..

      (Brassens : le vieux Léon)
      canta, canta belles châsses per me ... grazie.

      Supprimer
  7. @ALainX: sauf mon ami que les victimes ne portaient pas de gilets pare-balles, donc kalachnikov ou une autre arme, un crime est un crime

    RépondreSupprimer
  8. Canta carrissima, canta per che la vita e bella e deve restarlo.

    @ Alain X
    Parce qu'il y a tous les jours des tueries monstrueuses dans le monde, il est injuste de se focaliser sur une seule parce qu'elle est aux portes de chez soi. Les innocents syriens assassinés sont aussi respectables que mon voisin de palier.
    Alors oui, chanter c'est faire un pied de nez à ces cinglés pour qui toute activité intellectuelle doit se limiter à la lecture d'un Coran frelaté.
    Ils n'aiment pas la musique, les chansons, le rire, le partage, la fête. Alors musiquons, chantons, rions, faisons la fête pour conjurer le sort qu'ils nous réservent.
    Je suis sûr que la Camarde se dégoûte de ces messagers qu'elle n'a même pas sonné.

    @ Saoul Fifre.
    Pour ce qui est de l'effet des missiles sol-air, tu as un exemple en grandeur nature avec l'Airbus 321 russe.
    Parce que le pseudo colis piégé est arrivé après le décollage par navette spéciale (communément nommée missile). Un des ces innombrables missiles qui ont disparus des arsenaux libyens pendant que l'armée française renversait Kadhafi...
    Confirmation faite par le lapsus des enquêteurs:
    "L'avion a été abattu." Vocable jamais utilisé dans le cas d'un colis piégé.
    D'autre part, n'étant plus à une monstruosité près, l'occident a commis la connerie magistrale de déstabiliser tout le Maghreb et le Proche-Orient. Depuis, des dizaines de milliers d'émigrants sont morts noyés en fuyant leur pays devenu invivable par la faute de la France (en partie du moins et pleinement pour la Libye).


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce qui me turlipine mon ami blutch et les autres c'est pourquoi le boss deFrance n'a t-il pas bombarde le centre d'entrainemennt et le poste de commandement de ces monstres avant le masacre des innocents parisiens, puisqu'il connaissait ou se terraient ces cingles

      Supprimer
    2. Errata:
      le dernier paragraphe de mon précédent commentaire va avec mes considérants pour Alain X.


      @ Bizak
      Je ne voudrais pas passer pour un médisant, mais les politocards ont une certaine tendance (ces deux mots sont réversibles) à se foutre de la république.
      Point 1:
      Il ne leur importe pas de résoudre les problèmes des Français, mais de faire en sorte que ces problèmes restent supportables.
      Point 2:
      Un peuple qui a peur est un peuple qui ferme sa gueule. Or un peuple qui se tait est un bénédiction pour tous les autocrates. Et comme la France est gouvernée par des autocrates... :-(

      Bien sûr que certains actes terroristes seraient évitables... si on s'en donnait les moyens. Or la tendance est au laisser aller dans tous les domaines, hormis les luttes syndicales et politiques.
      La police est de moins en moins présente sur le terrain, les incivilités sont donc de plus en plus fréquentes et violentes.
      Le cas de Merah à Toulouse est emblématique.
      Après les deux agressions de militaires, la police a eu pour mission de trouver le responsable dans l'extrême droite française. Une façon pour Sarkozy de reprendre des voix au FN.
      Merah était fiché et ciblé par un rapport des RG dans ce cas, comme il ne convenait pas au profil souhaité du tueur, il est resté au fond d'un tiroir (le rapport, car le type en profitait pour s'occuper de l'école juive)
      Tu demandes pourquoi les positions de Daesh n'ont pas été bombardées plus tôt. C'est parce qu'il faut garder un équilibre dans la terreur. Parce que les catastrophes humanitaires provoquées par l'interventionnisme français ne suffisent pas, il faut en rajouter encore et toujours.
      Les occidentaux n'ont pas abandonné l'idée de renverser El Assad, et dans ce dessein, Daesh leur est utile.
      Il n'y a qu'un chef d'Etat qui a compris que la chute d'El Assad serait une catastrophe et peut-être une guerre nucléaire, c'est Poutine.
      Les autres, Flamby en tête imaginent encore pouvoir manipuler cette poudrière à leur profit. La guerre au Mali lui avait valu une embellie dans les sondages, il rêve probablement de pouvoir se refaire avec Daesh.

      Supprimer
  9. passer chez toi me met le plus souvent de bonne humeur comme ici : "Comme un fil d’Ariane, toujours ce goût de sel et de fièvre sur nos lèvres écarlates, griffés au visage par les branches basses de l’insouciance folle."
    Bisessss

    RépondreSupprimer
  10. Voilà un billet qui requinque :)
    Bises

    RépondreSupprimer
  11. J'aime pas le noir de l'existence, ses côtés sombres et défaitistes. J'aime pas les gens chagrins, ceux qui sont amers et qui froncent les sourcils.
    J'aime la légèreté et la vie en couleurs !

    RépondreSupprimer