mardi 14 juillet 2015

Un défilé


Dans ma tête, un défilé de souvenirs. Le parfum de la fête. Les feux qui éclairent la montagne, les coups de canon, le bouquet final soulevant mon cœur, la musique du bal. J’ai treize ans, quatorze à la limite. Une enfant dans un corps de femme. Un ami de mon père m’invite à danser. Je n’ose pas refuser. Il me colle. Il me serre, il transpire, je déteste son odeur. Je déteste mon père, à ce moment précis, de m’avoir mise dans les pattes de ce vieux barbon de quarante ans au moins. Je sens quelque chose de dur contre ma peau, mais je ne sais pas ce que c’est.


71/366

29 commentaires:

  1. Le jour du 14 Juillet
    T'aurais dû rester dans ton lit douillet ! d:-(

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne faisais pourtant de mal à personne...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Il aurait tout de même pu laisser son opinel sur la table....
    Que dis-tu? Qu'il est passé du n° 6 au n° 14 durant la danse... Un prodige alors.
    Baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu manies la métaphore aussi bien que la périphrase...
      C'est fort, c'est très fort !
      Molto baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. S'il y a des licenciés GL, voudrais-tu dire que je suis agrégé MA ?
      Encore un synchronisme à 00.28 trop forts.
      Bacio forte

      Supprimer
  3. A cette époque il n'y avait pas les portables... parce que maintenant c'est souvent ça l'énigme !
    Drôle d'expérience, visiblement bien marquante...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mdr...c'est vrai, les temps changent !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Et lorsque ça fait frissonner la demoiselle, c'est le vibreur annonçant un appel....
      Bises

      Supprimer
    3. D'ailleurs le monsieur s'empresse de remarquer:
      "Ça vibre, ô ma soeur !"

      Supprimer
  4. Triste souvenir, pour qu'il soit encore aussi présent si longtemps après :-(
    Je comprends que tu en aies voulu à ton père...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Souvenir terriblement marquant, oui. Une sorte de rite initiatique dont je me serais bien passée. les filles de l'époque étaient beaucoup moins délurées qu'aujourd'hui. Et puis je crois que mon père n'y avait pas vu de mal à l'époque. Il était fier de m'emmener à mon premier bal.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'était donc un bal des débutantes.... Je crois que ça se passe encore ainsi, mais en mieux averties pour ces demoiselles....
      Ti bacio

      Supprimer
    3. J'ai l'impression que ton père n'avait rien à se reprocher dans cette histoire, si ce n'est sa naïveté, peut-être. Tu évoques sa fierté et je l'imagine volontiers. Il ne pensait certainement pas qu'un de ses amis puisse faire preuve d'autant d'indélicatesse envers une si jeune fille, oubliant que certains hommes sont des porcs (quoique la gent porcine n'ait rien à faire dans cette affaire…).

      Supprimer
    4. C'est vrai Pierre, mon père n'a sûrement pas vu le mal. Je ne faisais qu'évoquer, comme toujours, mes ressentis, et quarante ans après, ils sont toujours aussi négatifs, même si j'ai pardonné depuis longtemps à mon père...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Des souvenirs pareils! Je pense que l'on ne peut pas du tout les oublier...On ne les comprend qu'après coup, alors ils restent gravés avec un goût acide de trahison:::
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Dans une certaine mesure, tu as raison, j'y ai vu sur le coup comme une forme de trahison. En tous cas un abandon. On dramatise beaucoup à l'adolescence. Il n'empêche que j'ai gardé présents à la mémoire les moindres détails de ce slow d'enfer...Et je n'ai compris que bien plus tard ce que le monsieur cachait dans son pantalon !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. En fait c'était ses économies, l'inflation augmentait très vite à l'époque, et l'espace d'un slow ou deux ses éconocroques avaient considérablement augmentées.
    Tu vois il suffisait de demander ];-D

    RépondreSupprimer
  7. Je plussoie avec les copains, et d'ailleurs il me semble fort que tu aies déjà évoqué ce désagréable souvenir mais, fort égoïstement, je retiens un truc : "...vieux barbon de quarante ans au moins."
    'tain, tu me fous un coup de vieux, là !
    8o((

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu peux appartenir à la catégorie "vieux beaux"
      Tant que tu passeras pas dans la case "vieux chnoque" ça pourra aller....

      Supprimer
    2. Snifff, alias Jdissa16 juillet 2015 à 11:10

      Ouff, merci Alain, me voilà rassuré ! ;o)))
      Quant à "vieux chnoque", je goûterai les pissenlits par la racine bien avant: je suis bien trop gamin dans ma tête ! 8oDDD

      Supprimer
  8. Triste épisode qu'on ne peut oublier....
    Je suis assez effaré, encore aujourd'hui, de ces messieurs tripoteurs qui furent évoqués en thérapie par je ne sais combien de femmes qui m'ont confié des souvenirs d'enfance. Parfois, la réalité dépasse la fiction à un point que je ne savais pas "avant"....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, Alain, un de ces souvenirs indélicats qui ont sans doute marqué les débuts de ma vie de jeune fille...plus que je ne l'aurais pensé.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. les souvenirs quand ils défilent, n'ont pas tous la même saveur !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime bien le commentaire avec l'Opinel :)... Moi la première fois que j'ai senti "ça" (au travers du tissu d'un pantalon et pas du tout de ma propre initiative) j'ai cru que c'était... son briquet :))))

      Mais oui, ces souvenirs ont mauvais goût. Ceux du type de celui que tu évoques ici!

      Supprimer
    2. Je n'avais que 14 ans...et comme tu le dis dans ton billet, à l'époque, c'était encore l'enfance !
      Merci d'avoir lu mon petit billet.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer