lundi 13 juillet 2015

Quelques failles...

Si seulement le sol présentait quelques failles, par lesquelles pourraient s’échapper des résurgences de type vauclusien …  mais dans ce paysage apocalyptique de type pagnolesque, pas une goutte d’eau pour étancher la soif de la moindre chèvre. Les cistes et le romarin se battent en duel avec les myrtes et les capriers épineux.

Je marche sur les traces de Jean des Collines, à travers des bouquets de pierres arides aux arêtes crayeuses. Le vent chaud brûle les esprits de sa constance desséchée. Les mots retombent lourdement dans les bouches pâteuses. C’est le pays du silence. Et des rides en étoiles autour des yeux plissés.


70/366

15 commentaires:

  1. Ça n'fait rien : nous vivons un temps bien singulier... ;-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu me la bailles belle !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Peut-on encore se situer d'un côté ou de l'autre du Rio Pécos? Là est la question fondamentale, celle qui permet de classifier les gens. S'il est à sec, tout l'édifice sociétal est à revoir.
    Baci

    RépondreSupprimer
  3. Comme il est beau ce billet!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Emilie. je prends tes mots, qui viennent droit du coeur. Merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. C'est lou païs des sources cachées, où la moindre flaque est un don du ciel, un lac pour les oiseaux assoiffés ]:-D

      Supprimer
    3. Exactement.
      Le pays de la soif. Mais tellement âpre et tellement beau !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Peut être êtes vous encore un peu trop amoureuse pour apprécier à leurs valeurs les nombreuses sources qui se promènent juste au dessous de cet aride paysage.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Trop amoureuse? L'est-on jamais trop ? Que voulez-vous dire cher Julien ?
      Que l'amour aveugle ? je pense au contraire que mon amour des belles choses me fait aimer des paysages impossibles, comme saisie à la gorge par tant d'âpre beauté.
      C'est que je sens sous la garrigue battre le coeur du monde bien mieux qu'ailleurs. C'est un peu comme dans le désert.Saint Exupéry disait :

      "ce qui embellit le désert, c'est qu'il cache un puits quelque part"
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Comme je préfère cette interprétation !

      Supprimer
  5. coucou Manon des sources qui se la coule douce sous les étoiles.... ok, il faut que j'y aille....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Non, ne pars pas, c'est génial ce que tu dis.
      Manon des Sources a quelque chose de sauvage et d'irrésolu qui me parle beaucoup. :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Tu me mets l'eau à la bouche, avec ton billet ;-) ! Mais cette année, pas de Provence pour nous : nous lui faisons une infidélité et partons le week-end prochain en Bretagne :-) .

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est certain que vous allez avoir beaucoup moins chaud...
      Amuse-toi bien, bonnes vacances !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer