lundi 7 décembre 2015

Une phrase que l'on m'a dite

Il y en a tant, des phrases que l’on m’a dites, tout au long de ma vie, et qui en ont, à chaque fois, légèrement infléchi le cours…Des phrases dures, parfois très dures, mais aussi des phrases pépites, belles et que j’entends encore résonner en moi avec émotion.
Aujourd’hui, rien de tout cela. Tous les jours ne sont pas forcément déterminants en terme de petites phrases.

Pourtant, ma prof de chant m’a dit quelque chose de génial : « C’était bien, aujourd’hui. Tu t’es lâchée. Je vais pouvoir te compter dans le spectacle de fin d’année. » 
Le soleil s'est ouvert d'un coup et a coulé sur mon pull en étincelles.



217/366

24 commentaires:

  1. :o)))

    ...et sous le petit pull en cachemire qui a bien de la chance, il y avait ton petit coeur de mousse qui battait la chamade !...

    ...et de ces étincelles, tu vas pouvoir leur en mettre plein les yeux, plein les oreilles !
    Je sais que ton chant s'épanouit, continue !

    ...'fin moi, Jiriren, hein !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui ça crépitait pas mal, là-dessous...
      Après quelques moments de doute existentiel, la semaine dernière...
      Mes globules rouges ont dû remonter en flèche ... ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. A coeur vaillant rien d'impossible, voilà la phrase qui te sied ma chère amie. Les étoiles sont nées pour scintiller et être heureuses.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Wouaou...c'est beau, des mots de poète pour les simples choses de la vie.
      j'aime...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Une bien jolie chose que l'on t'a dite, à réchauffer le coeur, à ensoleiller le ciel gris, à alléger les soucis !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Exactement. Il ne m'en faut pas beaucoup...Je réalise combien j'étais dans le vrai avec mes élèves, à toujours les stimuler d'une parole positive: un mot d'encouragement, et on a envie de soulever des montagnes. Une critique négative, et on reste prostrée comme une moule à son rocher.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Bianca ? C'est bien toi Bianca ? Allons pas de Faust modestie ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ris de me voir si belle en ce miroir...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. J'ai appris à relativiser les phrases désagréables qu'il a bien fallu que j'entende au cours de mon existence.
    Mais il y a une chose à laquelle je ne m'habitue pas, ce sont les phrases de miel que quelques Pas Communes me distillent ça et là. Je te dirais que je préfère ne pas y être habitué, qu'elles restent une surprise et un ravissement qui réchauffent le coeur.
    Ti bacio Cara mia

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En étudiant bien le mot "aimable" cela signifie "qui a la capacité à être aimé".
      Tu as ce don-là. Mais sans technique un don n'est rien qu'une sale manie. Or tu travailles ta technique en orfèvre, et plus tu es toi-même et plus tu es aimable ^^
      C'est à dire que cela ne demande aucun effort, et c'est cela qui n'est pas commun.
      Je te le livre où, ton pantalon à pattes d'eph ?
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. @Blutch et Céleste: J'aime bien ces échanges sublimes qui me ravissent le coeur, quand on déclame que nul besoin d'apparat pour dire l'amour. Mais souvent quand le coeur parle, les mots ne font qu'exprimer un zeste d'une pensée autrement plus brillante et plus profonde. Mais cher Blutch, veille à ne pas confondre, les mots miellés de ceux mielleux ! J'en ai appris ici, chez la Céleste!

      Supprimer
    3. Ton commentaire me confirme qu'il vaut mieux recevoir un futal que de se faire tailler une veste...
      Molto baci

      Supprimer
    4. Bien vu, Bizak ! Mielleux, c'est hypocrite et fourbe. C'est enrober du poison sous une apparence de miel.
      Tout le contraire de ce que je suis, moi dont la candeur frise souvent la naïveté.
      Aucune flèche sous mes ailes de velours.
      Aucune carapace non plus.
      Comme écrit très bien mon ami AlainX
      L'être pacifié est nécessairement vulnérable, presque offert en pâture, même s'il a la force de l'agneau. Car elle est là la force de l'agneau, dans sa vulnérabilité librement consentie, dans cette foi qu'il a d'être le vainqueur final, non pas par la mise KO de l'adversaire, mais par la foi en lui, cet autre, en sa capacité d'effectuer sa propre pacification.
      Car nécessairement, le pacificateur sera vainqueur, lors de la finale ultime. Le monde humanisé est destiné à remporter la victoire. ...Un jour...


      Tout moi, non ?
      (tout compte fait, je vais peut-être le garder pour moi ce futal...) ;-)
      baci a tutti due
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. @ Bizak
      Les mots sont en effet un pâle reflet des sentiments, qui sont muets, comme les grandes douleurs.
      Autrement, je ne risque pas trop de confondre miellé et mielleux (joli raccourci (soit dit entre parenthèses)). Lorsqu'on se lâche, qu'on ouvre son esprit, on perçoit les non-dits, les non-exprimés des autres.
      Accolade

      Supprimer
    6. Je souris, Célestine, car les mots d'Alain que tu as mis dans ton commentaire sont ceux que j'ai mis sur le dernier billet de mon blog "J'ai envie d'en parler". Coïncidence, hasard ? En tous cas, de ces mots-là, on ne se lasse pas de les partager. :-)
      J'ai toujours été, et je le suis encore, très sensible aux mots que l'on m'adresse. Je peux avoir le coeur en joie, mais je peux aussi avoir le coeur brisé. Trop sensible la p'tite dame... Mais tu connais cela aussi, n'est-ce pas ?
      Passe un bel après-midi, Célestine. Bises.

      Supprimer
    7. Je lis le livre d'Alain et ces mots m'ont sauté aux yeux et au coeur.
      Oui, c'est une coïncidence, mais est-elle si étonnante ?
      Je ne savais pas que tu en avais parlé, je devrais plus souvent aller te lire mais tu as cinq blogs sur ton profil blogger et je n'ai pas le temps d'aller les voir tous...comment fais-tu ? Moi avec deux je suis à temps-plein!
      Belle après-midi à toi, Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    8. Cela ne m'étonne pas moi non plus que les mêmes mots d'Alain nous aient touchée l'une et l'autre. :-)
      En fait, Célestine, je n'alimente que deux blogs et demi, on va dire. "100 mots par jour", "J'ai envie d'en parler", et "Des mots pour le dire" (le plus intime des trois mais que j'alimente beaucoup moins que les autres). "Un coeur qui bat" a été mon tout premier blog, mais je l'ai arrêté, tout en le laissant ouvert à la lecture. Et "Défifoto" est un blog photos commun avec d'autres blogueurs, mais je n'ai plus le temps d'y aller non plus. Donc, finalement, je n'en ai guère plus que toi. (sourire)

      Supprimer
    9. @Blutch: Oui cher ami, les mots peuvent prêter à confusion et il suffit d'une petite touche du clavier malencontreuse et bonjour les dégâts. Mais quand la sincérité y est, on est vite pardonné; Et avec toi Blutch, je signe les yeux fermés.

      Supprimer
    10. Bon Céleste, il vient ce futal à pattes d'eph, parce que Bizak s'y met aussi et ça va devenir grave. Donc, je suis là en petite tenue, attendant de pouvoir me saper avec le pattes d'eph annoncé...
      millioni di baci

      Supprimer
    11. Si tu continues comme ça Blutch,tu vas prendre froid !

      Supprimer
  6. Oh! C'est une bonne nouvelle et ça fait plaisir! C'est un instrument difficile!
    Bises

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Si tu parles de la voix, oui, je confirme. La guitare à côté c'est de la gnognotte...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Wahou ! trop contente pour toi !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci, c'est vraiment gentil !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer