samedi 12 décembre 2015

Conte de fées

Là je vous vois venir. Vous vous dites « conte de fées » c’est pour Célestine, elle qui a toujours les ailettes aux pieds et la baguette étoilée et frémissante.
Je vais vous décevoir. Casser un mythe. Oui, j’aime les fées. Souvent je me fais croire que j’en suis une.  J’aime mettre de la magie dans tout ce que je touche. 
Mais je n’aime pas les contes de fées. C’est trop lisse, surtout la fin, qui est toujours invariablement la même.

Moi ce que j’aime, c’est la vraie vie. Quoiqu’en y réfléchissant bien, la fin est connue aussi.


222/366

30 commentaires:

  1. De toutes façons, y a pas de vrais contes de fées, car ils devraient finir par:
    "Ils vécurent aussi longtemps que leur envie, à l'abri du besoin et des emmerdeurs."
    Et pis de toutes façons, une vie de fée (ou d'enchanteur pour les mecs), c'est bien mieux qu'un conte...

    C'est quoi ces histoires de pioncer durant 100 ans et lorsque la môme se réveille, elle n'est même plus au courant de la mode. C'est un cauchemar plutôt. Et je te cause pas du mec, à peine plus de 20 balais et il réveille Jeanne Calmant... Il a intérêt à être gérontophile le gus.
    T'es sûre que je te réveille pas d'un siècle de léthargie?
    Alora mille baci Ragazza

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pourquoi, je ressemble à Jeanne Calment ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ben quoi ? j'essayais de suivre ta logique textuelle...
      ^^

      Supprimer
    3. Oui, mais bon, il y a un point à la ligne avec changement de paragraphe et de braquet lors de la fin du commentaire.
      Ce Sidi, si tu en as l'énergie et l'envie, tu peux aussi battre sa longévité. Mais si tu vends ta maison en viager, je ne serais pas acheteur...:-)
      Ti bacio Carrissima

      Supprimer
    4. Je sais que je fais partie d'une triple catégorie qui a une espérance de vie supérieure à la moyenne...(femme, enseignante, vivant dans le sud de la France..., d'après une étude très sérieuse qui avait paru il y a quelques années)
      Le problème, de vivre jusqu'à 120 ans, c'est qu'on ne connaît plus personne ...Ça doit être un peu triste.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    5. Ben… y suffit de se mettre d'accord à plusieurs pour vivre jusqu'à 120 ans, non ? Ou de bien choisir ses amis (sud de la France, enseignant, femme…).

      Supprimer
    6. Certes, je n'avais pas envisagé ça sous cet angle...L'ennui, c'est que j'ai plein de potes qui ne correspondent pas aux critères et ça m'embêtera vraiment de leur survivre trente ans...Rien qu'à penser à cette éventualité, ils me manquent déjà...
      Hi hi !
      ¸¸.•*¨*• ☆
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    7. Bon, ben je ne vois plus qu'une solution : rajeunir ton cheptel de potes, en visant ceux qui ont l'âge de tes enfants ;)

      Supprimer
  2. J'ai le même problème que toi avec les contes...
    http://presquentrenous.canalblog.com/archives/2008/02/10/7898033.html

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai vu ça, boss. On se ressemble furieusement, sur ce coup-là...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Je plussoie Blutch, il oublie l'haleine de cow-boy qu'elle doit avoir après 100 berges de ronflette ! Tu dois avoir l'impression de rouler une pelle à un putaois... DEDIEU !!! ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Meuh non, les princesses ça a toujours une haleine de fleur d'oranger et de jasmin, et en plus ça pète des paillettes.
      M'enfin voyons !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Le conte fée est ma réalité qui dépasse mon imagination. Sans conte de fées peut-on avoir des rêves qui nous soulagent d'un monde de brutes.
    Si tu démissionnes la Céleste, où irons-nous? sinon là où vont les brebis égarées.
    Bises espérées

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Démissionner, moi ? C'est mal me connaître.
      Mais les contes de fées, je les arrange à ma sauce.
      Voir ICI.
      Bisous célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Réponses
    1. Je l'ai lue...Mais je me garderai bien de la divulguer.
      Vous voulez la connaître ? Achetez le livre de mon ami Alain. ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Les contes de fées ne m'ont pas inspirée, mais je pensais que toi, Célestine, tu allais nous raconter un joli conte, en juste quelques mots, comme tu sais si bien le faire... (sourire) Mais tu as raison, il vaut mieux vivre la vraie vie. Rêver c'est bien, mais vivre c'est pas mal non plus. :-)
    Bisous, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah oui, désolée...tu peux toujours te rabattre sur ma "belle au banc dormant" il est drôle...
      (voir le lien dans ma réponse à Bizak)
      Bisous chère Françoise
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Moi j'aime beaucoup certains contes, et encore aujourd'hui !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bien sûr ! Sur la route de Madison, est un conte moderne magnifique, par exemple, dont la fin n'est pas le happy end classique "ils se marièrent et ils eurent beaucoup d'enfants"...C'est peut-être pour cela qu'il me plaît !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Ah oui, moi aussi ^^
      Un de mes films culte.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Quand j'ai vu le thème, effectivement j'ai pensé à toi!
    Dur, dur d'écrire des contes de fées par les temps qui courent...À Rome, mon fils de 9 ans (peut être déjà trop grand pour les contes de fées) étaient plutot désireux que je lui raconte la vie...Mes loulous n'ont pas l'habitude des grandes villes. Pourquoi les sdf, pourquoi les vendeurs à la sauvette, pourquoi les militaires armés, la police et la gendarmerie partout...
    Gros bisous chère fée :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Comme je le disais à Françoise un peu plus haut, j'aime bien écrire des contes "décalés"
      j'en ai étudié beaucoup avec mes élèves, ils adoraient ça.
      En revanche que me dis-tu de la Ville Eternelle ? Aurait-elle perdu de son glamour ? :-(
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. J'adore ce film !!! combien de fois l'ai-je vu ? Je ne sais pas...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi...au moins dix fois !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Bonjour Célestine

    Il est un livre qui s'appelle "Femmes qui courent avec les loups" de Clarissa Pinkola Estee (donc Coumarine a beaucoup parlé dans ses Petites Paroles).
    L'auteur décrypte les contes de fées ou autres contes.
    Après avoir lu ce livre, les contes de fées ne sont plus des histoires lisses.

    Belle journée à toi.
    Sourires

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah merci Suzame.
      Oui j'ai beaucoup entendu parler de ce livre. je le lirai sans doute un jour, à force...
      Mais bien avant Clarissa, Bruno Bettelheim avait fait "psychanalyse des contes de fées"
      Que j'ai lu et relu au temps de ma formation à l'éducation.
      Quand je dis lisse, évidemment, je parle surtout de la fin, qui est invariable. Dans la vraie vie, hélas, les méchants ne sont pas toujours punis. Ce happy end m'ennuyait déjà beaucoup étant enfant. Mais je sais que nos noirceurs inconscientes ont quelque chose à voir avec les méchants des contes, ainsi que nos blocages sexuels ou oedipiens qui s'y expriment par allégories. Je me souviens notamment de l'analyse du "prince grenouille" au regard de la perte de la virginité.
      Le petit chaperon rouge a "vu le loup" on sait ce que cela veut dire en symbolique.
      Evidemment les ogres qui dévorent les enfants ne sont pas spécialement "lisses".
      Disons que je me suis mal exprimée, et que j'aurais dû dire "prévisible" plutôt que lisse.

      Il n'empêche que le mythe de la princesse et du prince charmant a la peau dure, et pourtant un mariage sur deux finit en quenouille. (comme dirait la belle au bois dormant ^^)
      Moi je dis qu'il faut arrêter de tromper les petites filles, et de mettre la pression aux petits garçons, en tous cas, moi, enfant, j'avais déjà plein de doutes.
      bisous ma belle
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer