vendredi 16 octobre 2015

Comme un gosse

Quand t’es comme un gosse comme ça, j’ai qu’une envie c’est de te consoler. Faut pas trop me faire des yeux de caribou, parce que moi j’sais pas résister. Faut pas trop te plaindre de petits bobos, parce que moi je deviens infirmière, j’attrape le truc qui pique et le rouge qui guérit.
Comme un gosse tu me dis que t’as pas fait exprès, et moi je ne sais pas résister. Alors j’te pardonne et je remballe mes larmes.

Comme un gosse je sais que t’as le regard clair. Et que quand tu me fais mal c'est toujours pour de faux.

165/366

31 commentaires:

  1. Je voudrais pouvoir regarder la vie comme un gosse. J'te jure que j'fais pas exprès de voir toutes les noirceurs de cette société. Je viens de voir un vieux reportage sur la mort d'un gosse magnifique: Coluche. Et je ne sais toujours pas pourquoi le camion l'a percuté de face alors que le communiqué de police qui a servi à (presque) toute la presse disait que le camion était en travers de la route pour entrer, parait-il, dans un camping qui est devenu une décharge les jours passants, et en fait un pré à vache. Alors je tape du pied comme un gosse à qui on a volé un ami.
    Je n'aime pas qu'on me raconte des histoires pas vraies comme à un gosse parce qu'on croit qu'il ne pourra pas comprendre...
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il a bobo à son p'tit coeur, il mio fratellino ?
      C'est vrai qu'on nous a piqué Coluche, les gros vilains nous ont roulé dans la farine et nous on n'y a vu que du feu, et puis après on a réfléchi que c'était pas possible, mais c'était trop tard, il est parti, tchao, pantin, tu nous manques beaucoup , il nous reste tes bons mots, tes films, tes chansons et à nous consoler mutuellement de ton départ.
      Ti abbraccio
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Une fois encore, lorsqu'un politicien montre la Lune du doigt,
      le sot regarde le doigt,
      le crédule regarde la Lune
      et le sage regarde ce qui se magouille derrière son dos.
      Si au moins la mort de Coluche pouvait apprendre aux citoyens la duplicité des politocards, il ne serait pas mort en vain.
      Je suis toujours effaré de voir de quelle manière le gaullisme et la 5e raie publique dessoudent ceux qui dérangent. A la louche, ça fait une vingtaine, sans même chercher.
      Vous avez dit démocratie?
      Lily, il est où le pays de Voltaire et Hugo?
      Ti bacio forte

      Supprimer
    3. Tu pourrais citer tes sources, quand même...
      ^^

      Supprimer
    4. ...de même ai-je lu il y a quelques années un bouquin qui décortiquait soigneusement toutes les incohérences concernant l'accident de Coluche, et qui m'avait laissé dans une profonde perplexité.
      Je laisse à votre sagacité le soin d'en retrouver le titre.

      Supprimer
    5. @ Céleste
      Je n'avais pas cette source-là, me contentant de glaner les cadavres au gré de la fantaisie des infos.
      J'ajouterais que le premier mort de la 5e raie publique est Jean Moulin qui faisait de l'ombre au Charlot londonien en soutenant un peu trop les maquis communistes.
      Le deuxième était le Général Leclerc qui avait humilié de Gaulle, bloqué à Londres pour cause de sale temps sur la Manche, en entrant le premier dans Paris avec sa 2e DB. Il y a des rendez-vous de l'Histoire qu'il ne faut pas voler aux opportunistes :-(
      Un accident d'avion est si vite arrivé......
      Ti bacio Cara

      A Jdissa:
      http://www.amazon.fr/Coluche-Laccident-Jean-Depusse/dp/235076026X
      C'est encore une histoire jonchée de cadavres.

      Je crois que la chose la plus détestable en France est le sentiment d'impunité des politocards.
      Enfin si, il y en a une de pire encore, c'est que ce n'est pas qu'un sentiment, mais la triste réalité.
      Accolade

      Supprimer
    6. Ouais… à propos de sources on trouve ça, aussi :
      http://www.conspiracywatch.info/Une-theorie-du-complot-persistante-Coluche-assassine_a233.html


      Supprimer
    7. Tout-à-fait ça mon Blutch !
      Je pense qu'un des plus beau cadeau que puisse se faire la démocratie serait de rendre les politiques totalement responsables de leurs actes et décisions, avec circonstances aggravantes du fait qu'ils sont nos élus. Mais le pouvoir tourne la tête très tôt ! La dame qui venait en réunion quelques semaines après les municipales et qui s'insurgeait que l'agent d'accueil de l'administration lui explique que la minuscule cour était plus que bondée se lâcha en glapissant: "Mais je suis élue, tout de même !"
      L'est gentille, hein !

      Supprimer
    8. @Pierre

      Quand je te dis que le premier commentaire donne le ton... :-)
      j'écris un texte sur la faculté des femmes de pardonner (ou sur celle des hommes à se faire pardonner) et vice versa, et je retrouve au réveil un débat fort passionnant sur la mort de Coluche et les théories qui se déchirent sur son cadavre.
      Bises amusées
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    9. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

      Supprimer
    10. Ciel, mon ami, je laisse s'exprimer tous mes lecteurs, dans la mesure où leurs propos n'engagent qu'eux et je ne puis prendre position aussi fermement que vous le souhaiteriez, pour la simple raison que je ne suis pas assez férue en histoire, en géopolitique et autres choses très sérieuses dont les poètes se contrefoutent. En l'espèce, je regrette fermement que les propos de mon lecteur aient pu vous choquer, mais c'est à lui qu'il vous faut vous adresser. De la même façon, je vous laisse exprimer votre désaccord dans le respect le plus total.
      Tout ce que je puis faire pour vous être agréable, c'est de retirer mon "bises amusées" qui était une façon de faire redescendre les passions, et d'exprimer que je trouvais ça comique. Mais ce que je trouvais comique, ce n'était pas les propos prononcés ( je vous accorde que le sujet n'est pas drôle) c'était le glissement du sujet qui m'a échappé des mains.
      Moi, ce que je regrette, c'est que j'aie écrit un texte sur ma faculté de pardonner, et que le débat soit parti dans une autre direction. Mais l'on ne peut pas prévoir où les choses nous mènent, jamais, et c'est heureux, car si nous le savions, ce serait bien triste.
      Mais à vrai dire, je ne sais pas du tout pourquoi Jean Moulin est mort. Même si je crois savoir pour quoi (en deux mots)
      Et reconnaissez que des tas de gens sont dans son cas.
      Je reste sur Prévert : Quelle connerie la guerre ! La guerre, c'est quand on ne sait plus pourquoi les gens sont morts.
      Avec toute mon amitié
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. C'est curieux, ce texte m'interpelle. Peut-être, laissant reposer à feu doux, finirai-je par trouver pourquoi....

    ...'fin moi... Jdiriren...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'aimais pas trop Coluche ! Il faisait des citations à tire-larigot, mais ces citations étaient empruntées à d'autres, et ça il ne le disait pas.

      Supprimer
    2. Attends Cugino, un spectacle n'est pas une thèse philosophique, il n'y a pas de place pour les renvois en bas de page pour citer les sources.
      Une citation en soi n'est rien, tout l'art est de savoir la mettre dans un contexte qui lui donne toute sa saveur.
      La qualité première de Coluche tient dans le fait qu'il osait tout et qu'il savait mettre le doigt là où ça fait mal. Mais le ton qu'il y mettait n'était pas toujours très juste et percutant. Il était bien meilleur lorsqu'il ne théâtralisait pas ses coups de gueule.
      Dans ce commentaire, j'ai peut-être fait quelques emprunts à d'autres qui ont pu dire des choses semblables avant moi, dois-je me casser le cul à en retrouver les auteurs initiaux? :-D
      Ciao et serrage de paluches

      Supprimer
    3. Je ne sais pas si c'est pas un peu contre productif de dire qu'il osait tout...je dis ça, rapport à une interprétation audiardesque de la phrase...
      ¸¸.•*¨*• ☆¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Il ne refusait pas l'autodérision et se qualifiait parfois lui-même de con. Mais un con magnifique tout de même :-)
      Et puis, tout oser au point de se faire buter, c'est con, non!

      Supprimer
    5. C'était avant tout un bel enfoiré !
      mais quel génie d'avoir réussi à faire passer ce mot pour un synonyme de généreux donateur...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. aurais-tu été bercée par "Caribou et le Renne aux yeux d'or" ?

    https://obsedestextuels.files.wordpress.com/2014/12/caribou.jpg

    Un texte émouvant....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tiens un livre que je ne connaissais pas...
      Je crois que j'étais plutôt bercée par la chanson de Lynda Lemay que j'écoutais en même temps que j'écrivais...j'accent québécois m'a toujours fait fondre.
      Euh quand tu dis émouvant, tu parles de ton livre ou de mon billet ?
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Si je comprends bien, Célestine, tu nous donnes la recette pour voir toutes nos éventuelles maladresses absoutes ?
    Je note… ^^

    Bises sans faire exprès

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai jamais su résister à un regard de caribou...
      Mais j'apprends à ne pas tout absoudre non plus, faudrait voir à pas me prendre pour un canard sauvage non plus...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. @Andiamounet

    Les citations et les emprunts font partie de l'acte d'écrire.
    Est-ce que l'on cite Jules César chaque fois que l'on dit "alea jacta est" ?
    Moi-même je parsème constamment mes billets de phrases qui ne sont pas de moi, simplement en hommage à des auteurs que j'aime, et en me disant que mes lecteurs les reconnaîtront...
    Que j'aie appelé Colin et Chloé les personnages de mon roman à deux balles fait-il de moi une plagiaire de Boris Vian, ou simplement une admiratrice ?
    Bises interrogatives
    ¸¸.•*¨*• ☆

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il y a des mecs que je ne peux pas piffer, je ne sais pas pourquoi, c'est épidermique, Coluche et Balavoine pour ne citer qu'eux !
      Balavoine parce qu'il avait eu un coup de gueule avec l'autre faux cul de Tonton, alors depuis c'est Saint Daniel, les radios nous gavent de sa voix de fausset, alors que pour entendre Bécaud ou Ferrat... Lapuche !

      Supprimer
    2. J'ajoute : Coluche s'était permis de lâcher une caisse sur un plateau télé, bonjour la claaaasse !
      Et puis arrêtons la polémique du "complot" qui aurait visé à supprimer Coluche ! Comme pour Diana, provoquer un accident à 130 KMS/ heure dans un tunnel pour tuer quelqu'un!! Faut pas fantasmer, c'est toit simplement irréalisable.
      Après guerre circulait la rumeur qu'Hitler n'était pas mort,, et qu'il tapait le carton avec Benito.. Ben tiens !
      Au fait Elvis Presley est toujours vivant et Sheila est un homme, si ! C'est Claude François qui me l'a dit pas plus tard qu'hier. ];-D

      Supprimer
    3. Ouh la la ! il a la grosse colère le monsieur ! ^_^
      Comme quoi ça fait du bien de se lâcher...
      Et sinon mon p'tit billet ...? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Ton p'tit billet .. Il s'adresse à quelqu'un ? ... Te connaissant (un peu hein) sans doute ];-D

      Supprimer
  6. Arrête de faire le gosse, mon beau gosse, me disait ma mère, quand je refusais de descendre la poubelle ! maintenant qu"elle n'est plus là, c'est mon beau gosse qui les descend.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Coucou Bizak ! je n'avais pas vu ton commentaire...trop drôle !
      bisou mon prince, ne travaille pas trop !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Comme un(e) gosse, nous avons toujours au fond de nous l'enfant que nous avons été et il est bon de ne pas l'oublier...
    Bises, Célestine.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne l'oublie jamais, Françoise !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Trop Mimi!Trop tendre, ce réel!
    Bisous

    RépondreSupprimer