mardi 6 octobre 2015

Ça passe

La pluie, rutilante douche sur le gazon épars, passe toujours quand les grandes orgues solaires embouchent leurs plus gros rayons, fourbis par le vent d’automne.
Les nuées chevelues et ventrues accrochent aux cimes des hauts arbres leurs longs doigts de vapeur froide. Je regarde le ciel blêmir, et je me dis ça va passer.
Bientôt la nuit claire et violette envahira le soir telle une grosse ecchymose.
Les angoisses mauvaises, ça passe, celles qui serrent la gorge au crépuscule, celles qui font pleurer les bébés, j’ai appris à les laisser filer sans les retenir.

Sur le boulevard, ça passe dru, un ruban d’or, un ruban rouge : c’est l’heure de pointe.
Tout passe, sans que jamais la vie ne me lasse.


155/366

25 commentaires:

  1. Je suis subjugué par ta poésie Célestine! je suis entrain de terminer Germinal avec cette note gaieté. Etienne Lantier quitte les mines et Zola décrivant ce moment de délivrance par ces mots: "Un flot d’or roulait de l’orient à l’occident, sur la plaine immense. Cette chaleur de vie gagnait, s’étendait, en un frisson de jeunesse, où vibraient les soupirs de la terre, le chant des oiseaux, tous les murmures des eaux et des bois. Il faisait bon vivre, le vieux monde voulait vivre un printemps encore."
    Que d'enchantement dans ta voix de poétesse, la sprinteuse!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il faut dire que je me suis acheté des pieds d'airain, en fait, c'est ce qui me permet d'écrire ET de courir...
      Ils étaient en vente d'occasion sur le Good Corner...
      Quelle poésie dans ces quelques phrases de Zola. Je vais finir par prendre la grosse tête à force de me paralléliser !

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. Tes yeux d'azur ne sont jamais embrumés très longtemps.
    Même s'il te prend parfois par surprise, le verbe subir n'est pas fait pour toi et c'est tant mieux....
    "Tout passe", j'espère justement que non. Il est des choses que l'on voudrait pérennes...;-)
    Ti bacio

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui c'est vrai, Blutchy. Un vrai ciel irlandais, ces yeux...
      Les pluies n'y font que passer. Et Ils deviennent un ciel italien...
      Au fait hier en rugby, c'était Irlande-Italie, tu vois le dilemme...
      Baci
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Je reviens sur ton poème et qu'est ce que j'ai aimé particulièrement ce ver:" Bientôt la nuit claire et violette envahira le soir telle une grosse ecchymose." C'est Charles Bukowski que j'entends dans un poème à lui: "supplique à une jeune passante" comme ce ver: ta démarche hautaine brise la Tour Eiffel,
    fait tourner la tête des vieux vendeurs de journaux à la sexualité -
    Des mots tonitruants et forts. l’ecchymose c'est fort aussi! Lol

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je ne résiste pas à l'envie de publier le poème entier.
      fille en short, qui ronge tes ongles en tortillant du cul,
      les garçons te regardent -
      tu as plus d'importance, semble-t-il,
      que Gauguin ou Brahma ou Balzac,
      plus, en tous cas, que les crânes qui nagent à nos pieds,
      ta démarche hautaine brise la Tour Eiffel,
      fait tourner la tête des vieux vendeurs de journaux à la sexualité
      éteinte depuis longtemps ;
      tes bêtises réfrénées, ta danse de l'idiote,
      tes grimaces délicieuses - ne lave jamais tes sous-vêtements
      sales, ne chasse jamais tes actes d'amour
      à travers les allées résidentielles -
      ne nous gâche pas ça
      en accumulant kilos et fatigue,
      en acceptant la télévision et un mari gnangnan ;
      n'abandonne jamais ce déhanchement maladroit et inepte
      pour arroser la pelouse le samedi -
      ne nous renvoie pas à Balzac ou à l'introspection
      ou à Paris
      ou au vin, ne nous renvoie pas
      à l'incubation de nos doutes ou au souvenir
      du frétillement de la mort, salope, affole-nous d'amour
      et de faim, garde les requins, les requins sanglants
      loin du cœur.

      Charles Bukowski
      C'est fort.

      Supprimer
    2. Un véritable électron libre que cet homme, il disait:"Un être libre, c'est rare, mais tu le repères tout de suite, d'abord parce que tu te sens bien, très bien quand tu es avec lui." Tout est dit!
      Pour l'histoire devant Bernard Pivot, en direct sur le plateau, Bukowski boit trois bouteilles de vin blanc au goulot puis, ivre, tient il emmerdait tout le monde, il trouvait la discussion guindée et quittait le plateau en direct. Je viens de m'acheter un roman à lui qui porte le titre de: contes de la folie "ordinaire" mais dont le titre original américain en réalité était : Erections, ejaculations, exhibitions and general tales of ordinary madness."je suis pressé de me le farcir, son bouquin, pas lui!

      Supprimer
    3. J'ai un peu de mal avec la poésie brute de Bukowski. Même si je reconnais son talent.
      Celui de savoir très bien creuser dans les méandres reptiliens du cerveau humain pour en tirer ce qui nous fascine...Un mélange savant de sexe, de violence et de scatologie...
      les contes sont sans doute son chef d'oeuvre en la matière.
      Mais au bout de quelques nouvelles, j'ai besoin d'air.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    4. Relisant ton commentaire, je m'aperçois que j'ai omis la citation de Bukowski, et pourtant, je la trouve extraordinaire.
      Oui, on se sent bien avec les êtres libres. Comme on aime se retrouver à côté d'une cascade, qui nous brasse et nous envoie ses embruns vivifiants dans la tête.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Ce qui est certain, c'est que tortiller du cul dans un short trop court en se rongeant les ongles, c'est d'un érotisme absolu ! Pourquoi ne le faites vous pas Mesdames ? Ah ! Vous craignez de gâter votre vernis. ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Qui te dit qu'on ne le fait pas ? :-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Que de poésie dans ce billet, Célestine, c'est très beau. :-)
    L'important, oui, c'est que jamais la vie ne te (nous) lasse...
    Belle journée à toi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Françoise
      Tu as vu, je t'ai répondu sur blogborygmes où tu étais allée poser un com sur Brassens.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Je suis allée voir. Merci. :-)

      Supprimer
  6. je crois que je vais m'attarder sur la terrasse ce soir ! La description de ce ciel changeant m'en donne l'envie. Il est déjà bien gris ici, ce ne devrait pas être un spectacle grandiose ! Tant pis, une autre fois !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime les ciels immaculés, mais la nuit, pour observer les étoiles. Le jour, je préfère ceux où il y a "quelque chose à voir", j'ai appris à aimer le jeu pareidolique des nuages.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  7. Magnifique ta poésie, c'est beau de pouvoir trouver les mots et de s'inspirer de tout ce qui passe....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci Mart. C'est sans doute un don, car les mots viennent tous seuls sous ma plume...D'où ma gratitude pour ce cadeau immense de la vie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. Très beau texte. Tout plein de belles images évocatrices. "Les nues chevelues et ventrues ...", "... un ruban d'or, un ruban rouge ..." Par contre, la dernière phrase ... Pour moi, surtout en ce moment, tout passe et certaines "choses" reviennent, mais pas toutes ...
    Merci pour ce poème de Bulowski. Je ne le connaissais pas, il est extra. J'ai lu beaucoup de ses poèmes et celui-là m'aurait marqué sans aucun doute parce que je suis de ton avis sur sa poésie. Je la trouve en plus répétitive. Je préfère de très loin ses romans. Women notamment. Le postier aussi.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je file à la bibli dès demain, voir si je trouve l'un des deux romans.
      merci pour tous tes passages et tes mots si gentils.
      je voulais te dire que si je ne commente plus ces derniers temps chez toi, c'est parce que je n'y arrivais plus (techniquement je veux dire) Cela m'arrive de temps en temps sur certains blogs.
      Mais j'apprécie toujours autant ta poésie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  9. Pour notre plus grand plaisir ;)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Grand sourire, Emilie ! Tu me combles.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  10. Ta poésie est toujours aussi enchanteresse et cette grosse ecchymose, loin de défigurer l'ensemble, lui donne un charme supplémentaire ! (je croise les doigts pour que passe mon comm' :( ) Là j'ai du mal sur Blogger depuis que je suis revenue, c'est une fois sur deux et encore, en faisant des copiés-collés à chaque fois ! Mais je te lis ma belle amie, si ça peut te consoler et même si ça ne remplace pas un mot doux qu'on aime apposer après avoir lu ta si jolie prose. Je t'embrasse ♥

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ma douce amie.
      J'aime la poésie, et j'espère être à la hauteur de ton défi le 12 novembre...
      Bisous étoilés
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer