jeudi 15 octobre 2015

Avance comme

Afficher l'image d'origineOn avance comme des enfants sur le sable. En crabe. En reculant. A pas de géants. A pas de fourmi. Sur le côté. Sur les mains. Sur un pied.
On se roule dans les difficultés comme des sardines dans la farine. La vie nous pane. La vie nous frit. Elle nous retourne comme des crêpes.

Et pourtant on avance, on avance comme des enfants, le doigt tendu vers une étoile. En équilibre sur nos fils, au-dessus des arcs-en-ciel, en oubliant le laid, le faux, le sang, le gris. On avance comme on peut pour ne pas tomber, avec l'amour pour balancier.

164/366

25 commentaires:

  1. On n'a pas d'autre choix que d'avancer.. Sinon on meure..

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est résumé de façon un peu directe, mais c'est tout à fait ça...
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. T'écouterais pas trop Souchon ? Il est avec moi, en Baie de Somme :
    https://youtu.be/kcMAj9gFC24

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ah mais j'ai failli le citer dans mon billet...et puis je me suis dit que ça parlerait bien à quelqu'un dans cette docte assemblée.
      Tu es loin de Malo Bray-Dunes ? ;-)
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. Celui-là ?
      http://presquentrenous.canalblog.com/archives/2008/07/08/9829292.html
      Assez, oui, une centaine de km

      Supprimer
    3. Oui voilà, c'est ça. Je suis allée y mettre mon nez.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. J'aime beaucoup la dernière phrase...

    Tiens moi ça m'a fait penser à Vassiliu "La vie ça va"...
    l'air m'est venu en tête en lisant : "La vie nous pane. La vie nous frit. "
    www.youtube.com/watch?v=jOyCPTva2Qo

    Peut-être parce que je suis un peu Vassiliu-nien ces jours-ci...
    https://www.youtube.com/watch?v=sTlLHSfcgaQ&index=6&list=PL1NzO2L9CuGJ2NehZtg1ah-c86YHL1n6W

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais tu étais où, le premier octobre ? ;-)
      C'est étonnant, cette vassiliu-mania...
      Moi aussi, j'adore "Ma maison d'amour"
      Elle me bouleverse assez...
      Kiss you cher Babar
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Avancer, c'est bien, encore faut-il savoir vers quoi !
    Dans l'acceptation qui est faite de la chose dans la société, j'ai, tout au contraire, choisi de m'assoir sur le trottoir d'à côté.
    J'avance maintenant dans un voyage intérieur vers plus de sérénité et de partage. C'est beau aussi de déplacer son plan de conscience.
    C'est vrai aussi qu'entre-deux, j'ai quelques travaux à avancer chez-moi :-)
    mille baci

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est en posant son cul dans l'herbe tendre que l'on avance le plus, paradoxalement.
      En faisant des haltes contemplatives, et en se concentrant sur un bonheur palpable.
      tenereza

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. Trop beau et trop vrai!
    Bisous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Emilie, tu es présidente de mon fan club !
      je t'adore
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  6. Ton texte est très beau Célestine, imagé, plein de mouvements, de balancements, de droite à gauche, ou l'inverse, de haut en bas d'avant en arrière. Et l"'amour pour balancier", cerise sur le gâteau.
    L'équilibriste sur son fil avance en se balançant d'un coté puis de l'autre en repassant par son centre pour ne pas tomber. Sur terre, la marche est aussi un balancement de droite à gauche (ou contraire) qui repasse par le centre La notion d’équilibre n’est pas un état statique mais un phénomène dynamique.
    L'équilibre est là, le jour ne peut pas exister sans la nuit, l'été sans l'hiver, la joie sans la tristesse....
    Nous avançons sur terre et dans la vie comme des équilibristes ..... (sourire)
    Bises

    RépondreSupprimer
  7. Mais toi, Célestine, tu sais le dire avec tant de poésie...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'aime ton analyse de texte. j'ai l'impression d'être une grand écrivain, avec toi !
      mais non, c'est juste des cris du coeur, mes textes.
      Cela dit, tu me réjouis d'y trouver de la poésie.
      Je t'embrasse, tiens !
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  8. On avance quand même, mais souvent à la-va-comme-j'te-pousse et on finit dans le panneau !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu n'es pas très positif, mon ami, ce soir !
      Que fais-tu de ta joie de vivre ? Veux-tu bien aller la repêcher dans ce tonneau, sous la pluie, où elle est tombée ce soir ? Viens, fais la sécher près du feu.
      Et accroche un sourire à ton coeur.
      Bises célestes
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
    2. j'ai comme qui dirait fait une trotte de 300 bornes pour des prunes et je n'ai pas eu de prunes !

      Supprimer
    3. Si tu n'as pas eu de prunes, tu n'as pas perdu de points ;-)

      Supprimer
    4. Au change si, 300 bornes kilométriques à polluer le sol!

      Supprimer
  9. et c'est bon les sardines roulée dans la farine ?
    Bisessss

    RépondreSupprimer