vendredi 4 septembre 2015

Douceur

« Tu es toujours ma petite fille... »
« Oui, papa, mais je ne suis plus UNE petite fille ! »
Pour être crédible,  il aurait peut-être fallu que je ne pleure pas, que je ne laisse pas surgir ces torrents de larmes contenues trop longtemps, tous ces non-dits qui explosent maintenant, comme si l’enfance me remontait à la gorge comme un reflux gastrique, acide …tant pis, elles sont sorties, on s’est dit des noms d’oiseaux, mais c’étaient nos souffrances respectives de petits soldats toujours forts qui giclaient ainsi comme des taches de guano sur un tapis.

L’apaisement qui a suivi était plein de douceur.



123/366

11 commentaires:

  1. Il est important que certains choses soient dites et cela jaillit parfois à travers des émotions trop longtemps contenues. Avec colère, si nécessaire, à force d'impuissance à se faire entendre. Il en découle généralement un nouvel équilibre, en soi et dans la relation…

    Bises douces

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci , Pierre.
      Tu as raison, cela m'a fait du bien. Il m'a semblé que quelque chose se dénouait physiquement en moi.
      Au niveau des lombaires.
      Bises sereines

      Supprimer
  2. La boîte de Pandore ! Je vais te dire franchement belles châsses, il y a des fois où il vaut mieux fermer sa gueule :
    Ne rien voir, ne rien dire, ne rien entendre.. Ils sont sages ces Chinois tout de même ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Désolée, mais ce soir je préfère le commentaire de Pierre, qui tient davantage compte de ma situation personnelle. Mais je veux bien croire qu'il n'y ait pas de modèle établi.
      Bises apaisées

      Supprimer
  3. Tout ce que ton esprit et ton coeur te suggèrent, c'est le bon Célestine, quand il s'agit des parents. Je m'étais toujours dit à tort ou à raison, avoir et aimer ses parents c'est souvent : "prendre sur soi !"( et voilà le fameux "prendre sur soi" où il se cale bien !)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est si difficile d'être d'un grand appui à un ami ou une amie sur des relations aussi intimes, denses et profondes que celles d'entre parents et enfants. Mais il est vrai qu'un ami qui vous connait, même depuis peu, vous connait vraiment, tandis que vos parents croient seulement vous connaître.

      Supprimer
    2. C'est pas faux...Et les liens du sang sont souvent très difficiles à démêler quand ils sont embrouillés.
      merci de ta présence, Bizak ^^
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  4. Réponses
    1. Merci petite Emilie
      gros baiser doux
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  5. C'est souvent difficile de faire comprendre à ses parents que le temps de la CM2 est révolu depuis longtemps.
    Que la relation parent-enfant doit s'effacer au profit d'une autre, plus durable, plus égalitaire et donc plus sincère.
    C'est un choc tout de même de se retrouver à la retraite, que peuvent en penser les parents de la retraitée... Une prise de conscience d'arriver à fin de course sans avoir pris le temps de voir que son propre chemin ne fait pas le tour de la Vie....
    En fait, ça sert aussi à ça la crise d'adolescence et son corolaire: celle de la parentalité.
    Le réveil est tardif. Ca bouscule 80 ans de certitudes... C'est forcément secouant,
    C'est bien d'avoir pu le faire et de trouver une autre harmonie dans la relation.
    Ti bacio Cara

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Disons que je me positionne en essayant de me respecter.
      Ce qui est déjà une occupation à plein temps en ce moment...
      J'essaie de concilier tout ça, pas évident.
      Heureusement, tes paroles de sagesse m'encouragent.
      Ti bacio forte
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer