vendredi 19 juin 2015

Qui, quoi, quand, où, comment et pourquoi ?

Qui est cet être mythique que certains poursuivent sans fin tout au long des jours ? On met quoi, derrière cette projection un peu irraisonnée de ce complément de soi-même que l’on croit forcément exister quelque part ?  
Pourquoi, dans cette quête, se heurte-t-on forcément aux parois de verre d’un aquarium géant, dans lesquels les plus noirs poissons fraient dans le tissu mou de nos rêves et pondent leurs méchants œufs : désillusions, douleurs, souffrance, jalousie, possession, passion, poison…Et pourtant l’on continue.
Quand ? Un jour, un jour…Comment ? Par surprise.
Où ? Sous le soleil. Exactement. Juste en dessous.



46/366

8 commentaires:

  1. Que de questions ? et simplement vivre au jour le jour ce que la vie nous présente et mordre très fort dedans ce n'est pas une solution plus efficace contre le triturage des méninges qui parfois mène nulle part ? Bon je sais mon esprit parfois simpliste... bisous ma belle brune !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. j'ai un côté obscur qui ne peut s'empêcher de se poser des tas de questions...
      mais ça ne date pas d'hier... Déjà, à quinze ans, je me posais les mêmes questions sur l'amour et la vie.
      Mon côté poète maudit, sûrement...
      Bises ma blonde et lumineuse amie.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  2. La face cachée de la lune de miel
    La rançon de Pénélope
    La faute commune (pas la fosse commune hein ?)
    Mais c'est toujours un péché véniel.?

    No stress belles châsses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Jolie référence à une de mes chansons préférées...
      gros kiss

      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer
  3. Toujours cette ombre du doute qui te cache un instant le soleil pour mieux te prouver qu'il existe...
    Ti bacio Sorellita

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu es un soleil à ta façon, Blutchy...

      Supprimer
  4. L'intitulé du billet m'a fait penser à cette chanson :

    « Pour qui, comment, quand et pourquoi ?
    S'il faut absolument qu'on soit
    Contre quelqu'un ou quelque chose,
    Je suis pour le soleil couchant
    En haut des collines désertes.
    Je suis pour les forêts profondes,
    Car un enfant qui pleure,
    Qu'il soit de n'importe où,
    Est un enfant qui pleure,
    Car un enfant qui meurt
    Au bout de vos fusils
    Est un enfant qui meurt. »

    Barbara - Perlinpimpin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Splendide chanson de Barbara ... merci.
      ¸¸.•*¨*• ☆

      Supprimer