vendredi 15 mai 2015

Un mot en anglais

J’ai chanté la Supplique de Georges Brassens. A un ami. Magique moment. « Que vers le sol natal mon corps soit ramené, dans un sleeping du Paris-Méditerranée, terminus en gare de Sète… »
Je me suis dit que le nom du train avait disparu, remplacé par le moins romantique Tégévé. Quant au mot sleeping, il contenait à lui seul toutes les promesses d’un voyage de nuit, de couchettes et de rêves fiévreux bercés par le « tata-tatoum, tata-tatoum » des  roues sur les rails…

Une ambiance Orient-Express, de mystérieuses dames en noir et de princes russes…Mais je suis une incorrigible romanesque.


11/366

14 commentaires:

  1. J'ai commis autrefois une histoire se déroulant dans l'Orient Express, l'héroïne était grande, longiligne et... Brune une longue robe rouge audacieusement décolletée mettait en valeur sa chevelure de jais..
    Tout ressemblance avec une (jolie) personne GNA GNA GNA...
    Ti voglio bene piccola strega ];-D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce devait être une très belle histoire, Andiamounet...
      Je n'ai jamais pris l'Orient Express et j'espère le prendre un jour ;-)
      bacioli

      Supprimer
    2. Ca risquerait de faire un peu fast-road en se remémorant l'Orient-Express d'Agatha Christie...
      Ti bacio

      Supprimer
    3. Rhôô ! oui c'est sûr...mais si je suis en bonne compagnie ?

      Supprimer
  2. J'ai déjà du mal à dormir dans mon lit alors dans un train...Mais bon, celui que tu évoques a l'air plus sympa que certains souvenirs que j'en ai, des voyages de nuit en train!
    Je t'embrasse

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un voyage un peu fantasmé...on nage en plein romn, quoi.
      mais ça sert à ça, l'écriture aussi, non ?
      Moi aussi je t'embrasse.
      A demain. ^^

      Supprimer
  3. Reste incorrigible, Célestine ;-)
    Donc pour toi Sleeping = Georges Brassens
    Pour moi cela évoque le premier Tonino Benacquista que j'ai lu : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Maldonne_des_sleepings
    et wiki me dit que le titre est inspirée de "la madone des sleepings" de Maurice Dekobra.....
    Ah le surf du samedi matin où la maison est calme ....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui un vrai plaisir du samedi matin
      merci valentyne d'avoir lu tous mes petits billets !

      Supprimer
  4. Ton billet me fait penser que je n'ai jamais lu Maurice Dekobra. Un manque à combler ? Par contre, je ne savais pas que Tonino Benacquista en avait fait un détournement de titre.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi non plus. Ça me donne envie de combler cette lacune...

      Supprimer
  5. Moi, cette évocation des années folles, cela me fait penser à danser sur un volcan

    https://youtu.be/RLOQCqGKVt8

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. http://celestinetroussecotte.blogspot.fr/2014/10/elle-danse.html

      je suis d'accord...^^

      Supprimer
  6. Mais je préfère la conclusion de Georges :

    "J'en demande pardon par avance à Jésus,
    Si l'ombre de ma croix s'y couche un peu dessus
    Pour un petit bonheur posthume.
    Pauvres rois, pharaons ! Pauvre Napoléon !
    Pauvres grands disparus gisant au Panthéon !
    Pauvres cendres de conséquence !
    Vous envierez un peu l'éternel estivant,
    Qui fait du pédalo sur la vague en rêvant,
    Qui passe sa mort en vacances"

    Et d'ici là vivons gaiement en portant la bonne humeur et l'entente autour de nous

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ce cher Georges...je suis encore d'accord...
      ^^

      Supprimer